Non classé

Parc national de Krka

Le Parc national de Krka est une des merveilles naturelles de la Damatie. Le paysage est superbe.

Pour les amateurs de randonnées et de nature, Krka s’impose…

Le  parc national de Krka (prononcer « Keurka »). S’étendant sur 109 km2, ce havre de verdure et de fraîcheur s’étend le long de la rivière Krka, entre Knin et Skradin. La rivière, qui traverse d’imposants massifs karstiques, a creusée des canyons, mais surtout sept spectaculaires cascades.

Les chutes d’eau sont dues à un phénomène géologique particulier : le travertin, une roche poreuse formée par le dépôt de sédiments calcaires qui se sont amassés sous des supports naturels, comme la mousse et les algues. Sous la poussée des eaux, le travertin s’effrite à nouveau, remodelant sans cesse le paysage.

Comme à Plitvice, c’est une symphonie aquatique avec cascades, ruisseaux, marécages ou sources. Des passerelles permettent de passer au-dessus des lacs et à travers la forêt. Pas moins de 860 espèces de plantes et plus de 200 espèces d’oiseaux sont recensées dans ce petit paradis, mais aussi des loutres, des poissons, des batraciens et des reptiles.

krka-plan

Plusieurs entrées permettent de pénétrer dans le parc, où l’on peut également se déplacer en bateau, sur la rivière Krka. Les chutes de Skradinski sont les plus spectaculaires et les plus populaires. On y trouve un village ethnographique exposant les traditions de l’arrière-pays dalmate (tissage, travail de la laine, élevage…). Possibilité de se baigner au pied des chutes et uniquement là, car le courant est très fort, mais il y a foule en été.

Pour être plus au calme, il faut remonter la rivière jusqu’à l’île de Visovac (2 h de croisière), minuscule et toute mignonne île et son monastère franciscain du XVe siècle. Plus loin encore, accessible seulement en voiture, la chute de Roski Slap se jette avec fougue dans le paisible lac de Visovac.

Au bord du lac, d’anciens moulins à eau transformés en gargotes servent du fromage et des salaisons dalmates, à déguster à l’ombre des arbres. Un cadre bucolique, quasi virgilien, que l’on quitte à regret.